AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Thème 5 par Alwenn (Merci à Celska pour son codage) o/

Partagez | 
 

 Retour en Enfer [PV Nelgaroth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myu Illiégon
Faucheuse Corrompue ~ Admin
Faucheuse Corrompue ~ Admin
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 21
Localisation : Dans la voûte céleste

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Rang: A
Pouvoir/(Guilde): Air, Feu, Régénération

MessageSujet: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   Mar 23 Avr - 19:58

La nuit tombait sur la capitale. C'était l'heure à laquelle ce quartier changeait radicalement. Les gens sains d'esprit vivant dans ce coin de la ville, peu nombreux, rentraient chez eux dés que les derniers rayons du soleil disparaissaient derrière les sinistres grattes-ciel de Kilvas, tandis que les ivrognes et autres déchets en tout genre sortaient pour entamer leur déclin journalier dans les bars ou les terrains vagues du coin.

Tous évitaient la ruelle où le carnage avait eu lieu, près de 10 mois plus tôt.

Ils étaient tous au courant que la bande d'Henric, l'une des plus redoutées dans cette partie de la ville, avait été entièrement décimée en l'espace de quelques minutes. Et aucun d'entre eux ne parvenait à réaliser que c'était l’œuvre d'un ou de plusieurs stupras, en plein cœur de la capitale, à quelques kilomètres seulement de la guilde de chasseurs la plus redoutée du monde.
Les rumeurs s'étaient répandues et multipliées dans le quartier. Celle qui revenait le plus souvent étant la rencontre de la bande d'Henric avec un gang de démons, qui revendiquait le contrôle de cette partie de la ville. Henric aurait farouchement refusé, et s'en serait suivi une bataille terrible qui aurait mené à la destruction totale du groupe d'humains. Une autre rumeur s'alimentait de celle-ci pour aller encore plus loin : les démons auraient tracé un pentacle dans la ruelle avec le sang des hors-la-loi pour invoquer l'un de leurs supérieurs, et nul ne savait s'ils avaient réussi.

Quel ramassis d'imbéciles.
Ils n'étaient que deux à connaître la vérité.


***

Le pan d'une cape grenat flotta une seconde dans l'air tandis que celle qui la portait changeait brusquement de direction. Elle marchait vite. Pourquoi ? Elle avait le temps après tout. Mais elle en avait assez. Elle en avait marre d'être vide, elle en avait marre qu'Errance soit son seul guide.
Elle devait retrouver cette enflure de Démon.
Contrairement à ses habitudes, Myu portait une vieille cape volée à sa dernière victime. Une capuche masquait à demi son visage, jusqu'à ses yeux rouge sang, dissimulant entièrement ses oreilles effilées et son pentacle qu'elle n'hésitait habituellement pas à mettre en valeur. Pas le moment de se faire remarquer. La nuit était claire cette fois-ci, malgré quelques nuages qui voilaient parfois l'espace d'un instant l'astre lunaire, et elle aurait été facilement reconnaissable comme étant un Elfe Noir. Or elle ne cherchait pas la bagarre ce soir...

Ses pas la conduisirent mécaniquement jusqu'à la ruelle dans laquelle sa faux avait dansé avec celle du Maître de l'Effroi, prenant les vies d'Henric, Opfa et tous les autres. Les corps n'étaient plus là mais, étrangement, malgré la pluie et le temps, les traces de sang étaient encore discernables entre les pavés, formant le pentacle qui nourrissait tant l'imagination des insectes de ce quartier. Myu détacha lentement sa faux de son dos et suivit du bout de la lame les lignes rouges qui formaient l'étoile à cinq branches, le regard dans le vague. Puis, brusquement, elle regarda le toit par lequel elle s'était éloignée du carnage peu de temps avant que les chasseurs n'arrivent, suivant celui avec qui elle avait partagé ses proies, 10 mois auparavant. Si elle ne l'avait pas suivi aveuglément, elle serait peut-être encore... elle-même. Entière.
Myu secoua la tête dans un soupir puis fléchit les genoux et se propulsa contre le mur, plantant sa faux dans une fissure, avant de prendre appui contre la paroi pour bondir une nouvelle fois. Elle atterrit sur le toit en ardoise et regarda au loin. Cette fois-ci, il ne pleuvait pas, et il n'y avait pas la moindre trace de brouillard. Il faisait même bon, ça aurait pu être une soirée bien agréable si elle n'était pas teintée d'autant d'amertume. Les dents serrées, la Faucheuse suivit le même itinéraire que dans ses souvenirs, sautant par-dessus les balcons et courant sur les toits, jusqu'à atterrir dans une impasse au mur tagué derrière un vieux bar qui avait fermé. Oh ça oui, elle se souvenait de cet endroit maudit. En se concentrant, elle pouvait sentir une odeur soufrée, elle pouvait revoir deux yeux incandescents et un sourire cynique, elle pouvait entendre les échos d'une voix infernale...
L'Elfe Noir se crispa soudain. Que venait-elle faire ici ? Elle ferait mieux de s'en aller définitivement de cette ville, elle y avait eu assez d'ennuis comme ça. Les lettres de la marque du Seigneur des Enfers pulsaient, malsaines, entre ses omoplates, lui donnant une impression de brûlure. Non... Elle était venue ici pour une bonne raison. Elle
devait trouver ce Deloth, et quel endroit préférable pour commencer de telles recherches que le lieu même où tout avait débuté ? Elle allait le débusquer, le secouer, le menacer même s'il le fallait, mais il lui rendrait ce qu'il lui avait volé.

Il lui rendrait son âme et ses principes, foi de Faucheuse.

Un bruit furtif dans son dos mit un terme à ses réflexions et elle se figea, tendue comme un arc. Plus personne ne mettait les pieds dans la ruelle du carnage, ni dans celle-ci où serait apparu le « Chevalier des Ténèbres » d'après les rumeurs, dont l'onde rouge aurait pris la vie de plusieurs chasseurs de Darkness Breakers et aurait détruit la moitié d'un immeuble. Les humains avaient la manie de donner des surnoms à la con à ce qui les effrayait... Il s'agissait du Berserker, le chien de Nelgaroth. Quoi qu'il en était, plus personne n'osait approcher de cet endroit depuis, c'était d'ailleurs sûrement cela qui avait entraîné la fermeture du bar tout proche.
Alors comment se faisait-il qu'elle venait d'entendre quelque chose ?
Lorsqu'un bruit de pas se rapprochant résonna dans le silence nocturne, Myu se retourna vivement. En reconnaissant la silhouette qui se découpait dans l'ombre du bâtiment, elle recula jusqu'au mur tagué et plaça sa faux devant elle, sur la défensive. Respirant profondément, l'Elfe Noir articula :


Myu : Toi...




Entends la Haine qui se profile,
Ombre de ton coeur tourmenté.


"I've walked the realms of the dead. I have seen the infinite dark. Nothing you say. Or do. Could possibly frighten me."





Merci pour tout Alwenn *w* :
 

Chibi Myu ! Merci Drys :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelgaroth Belphegor
Seigneur de l'Effroi
Seigneur de l'Effroi
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2013

Feuille de personnage
Age: /
Rang: Démon Majeur.
Pouvoir/(Guilde): Magie de la Terreur.

MessageSujet: Re: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   Ven 26 Avr - 20:07

Quel échec. Le pentacle n'était pas complet ... Dans une sombre ruelle, Nelgaroth tenait nonchalemment sa lourde faux. Le ciel découvert, la légère brise s'engouffrant dans son grand manteau pour en ressortir teinté de l'odeur de la mort ... Debout devant un cadavre, il regardait le liquide écarlate se répandre entre les galets. Il manquait une branche à l'étoile. De multiples cadavres mutilés étaient disséminés dans la ruelle. L'un d'eux hoqueta, avant de s'étouffer en barbotant dans son propre sang. A l'arrêt, la grande lame noire était maculée d'écarlate, tout comme le torse dénudé du Seigneur démoniaque. Ce massacre-là se situait à la bordure périphérique de la ville. Ce qui expliquait pourquoi il n'avait pas trouvé suffisamment de proie. Son collier clouté au cou, la lune dans le dos, le manche de sa Porteuse de Mort sur l'épaule, il ressemblait vraiment à l'image qu'on se fait d'un démon de cette envergure. En réalité, le terrible Maître de la Terreur faiblissait. Il était obligé de rester près de l'Esteyan à qui il était lié. Bientôt, il devrait retourner la voir ... Sinon, ce sera la fin, chose qu'il n'appréciait pas du tout. Et la soudaine lueur violette qui illumina la ruelle dans son dos n'arrangerait rien.

Un éclair noir frappa le Démon dans le dos, qui lâcha presque un soupir de lassitude. Propulsé sur un mètre ou deux, il heurta brutalement le mur. Sa vision fut obstruée un instant, avant qu'il parvienne à faire face à ce qui l'avait attaquer. Une femme aux traits fins, à la longue chevelure noire qui descendait jusqu'en bas de son dos, portant une grande robe aux teintes sombres, lui faisait à présent face. Ses épaules étaient ornées de longues plumes d'ébène, semblables à celles d'un corbeau. Elle avait les deux mains liées devant elle, les amples manches de sa robe augmentant l'impression de pureté de sa peau. Son regard violet clair se braqua sur Nelgaroth, tandis qu'elle arborait un air glacial, renforçant encore l'aura souveraine qui émanait d'elle. Nelgaroth eut presque un mouvement de recul devant elle. Sa lourde faux de nouveau sur son épaule, il la toisa, et lorsqu'il prit la parole, ce fut de sa voix moqueuse et cynique qu'il s'exprima.


Nelgaroth : Andarielle. Je ne pensais pas te revoir de sitôt, ma bien-aim- ...

Sa phrase s'acheva dans un grognement lorsqu'il fut littéralement emmuré, lâchant son arme sur le trajet qui l'avait mené à l'obstacle lorsque les ténèbres l'avaient heurté. Voilà ce qu'il n'aimait pas chez cette tyrannique et implacable Dame des Enfers : le fait qu'elle le surpasse totalement lorsqu'il s'agissait de contrôler son élément primordial, les ombres. Certes, elle était d'une beauté surnaturelle. Mais le Seigneur de la Terreur a la phobie d'être surpassé. S'extrayant du mur de brique, poussiéreux, il ne perdit pas du regard la femme. Le pire, c'est qu'il n'était pas en mesure de l'affronter. Pas ici, ni maintenant. Maudit contrat. Cette contrainte était nécessaire pour qu'il puisse rester ici ... Néanmoins, comment Andarielle, la légendaire Demoiselle de l'Angoisse, pouvait-elle, elle aussi, être ici ? S'était-elle incarnée de la même façon que lui ?

Une onde rouge inonda la ruelle, et de ce cercle incantatoire jaillirent trois Suppliciés. Ces horribles créatures plus grandes que des hommes, le visage bandé et couvert de pointes, ne laissant entrevoir que la bouche qui bavait, et lui permettait de rugir comme une bête. Ils étaient vêtus de haillons. Leur peau était sombre, comme doucement cuite par les flammes de l'enfer, remplaçant le tissu organique par un épais cuir couvert de cicatrices blanchâtres. Et, comble de l'infamie, ces atrocités pouvaient hurler jusqu'à en percer les tympans de leur proie, manier de redoutables lames rouillées, en plus de pouvoir encaisser des coups auxquels des humais normaux n'auraient pas survécu. C'était ce que devenaient certains humains, après qu'ils se soient offerts à la Dame de l'Angoisse. Voilà un autre de ses défauts : elle faisait trop d'expérience.La meilleure façon de les tuer, se dit Nelgaroth en récupérant son arme, c'était bien de les mettre en morceaux.

Sa lame siffla une fois, ouvrant en deux un premier assaillant. Celui-ci poussa un long râle d'agonie, ses entrailles se répandant sur les pavés, jusqu'à ce que le Maître de la Terreur l'écourte en enfonçant la pointe de sa lame dans la gorge du Supplicié. Parfait. Ca devrait suffire à terminer le pentacle. S'attardant sur la dépouille, il ne vit pas la gigantesque lame rouillée le cueillir et l'expulser à travers le mur déjà entamé. Une femme et deux enfants s'enfuirent en courant, lorsqu'il alla lourdement s'écraser sur la table de leur salon qui se fendit sous son poids. Jurant, le Démon bondit ses pieds, et se prépara à l'arrivée de l'Enfer.



Les deux Suppliciés déchirèrent le mur de brique comme s'il s'agissait de tissu, leurs longues lames rouillées grinçant au milieu du vacarme créé par leurs cris hystériques. Mais ... Il n'était plus là. Le redoutable Maître de la Terreur ... Volatilisé.

Ils ne comprirent que lorsque le bâtiment explosa dans un déluge de flammes, de débris, et de pierre.

Couvert de poussière, Nelgaroth fit jouer sa longue faux de nouveau présente en marchant d'un pas lent vers Andarielle. Les iris de celle-ci étaient à présent embrasés. D'admiration ? Elle était trop orgueilleuse... Alors, ça ne pouvait qu'être du désir. Sa voix, douce, mélodieuse, et attirante s'éleva dans la ruelle, tandis que deux nouvelles créatures jaillissaient de terre.


Andarielle : Mon Doux, tu sais, je te pardonnerais, si tu reviens auprès de moi, et de ton fils. Comment puis-je te décrire auprès de lui ? Il te voit comme un père négligeant et batifoleur. Allons, viens avec moi.

Elle connaissait déjà sa réponse, tandis qu'il continuait sa marche vers elle. Soudain, sa faux disparut. Elle ne servait à rien contre une telle entité. La lueur dans les yeux de la Dame de l'Angoisse ternit.

Oui. Voilà le plus grand défaut d'Andarielle : son amour obsessionnel et la relation amour-haine qu'elle entretenait avec le Seigneur de l'Effroi. Nelgaroth dévia un nouvel éclair noir, en grondant. Et alors, sa patience atteint sa limite. Écartant les deux bras, il encaissa un autre foudroiement au niveau du torse, l'enveloppant d'un épais écran de fumée. Le brouillard s'illumina d'une lueur malsaine, alors que la voix couroucée du Maître de la Terreur s'élevait.


Nelgaroth : TU AS DÉPASSÉ LES BORNES, ANDARIELLE. LAISSE-MOI TE MONTRER POURQUOI MÊME TOI, TU DEVRAIS AVOIR PEUR.

Et une gigantesque pression s'abattit sur la ruelle. Une telle force, opressante, que même les Suppliciés tombèrent à genou, hurlant et se tenant la tête. Les deux autres de tout à l'heure jaillirent des flammes de la maison embrasée avant de tomber dans le même état que leurs congénères. C'était ça, la Terreur.

Et les créatures explosèrent dans un déluge de sang et d'entrailles putrescentes. Le regard démoniaque de Nelgaroth, sinistrement luisant, vint se planter dans celui de la Dame de l'Angoisse. Celle-ci miroita, comme si elle disait qu'elle attendrait, encore et encore, qu'il devienne plus faible, afin de le ramener. De gré,ou de force. Et enfin, elle disparut.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sale soirée. Perché, comme à son habitude, sur un toit, les jambes dans le vide, il tenait son visage dans ses mains. Ses veines étaient saillantes, sur ses bras. Il sentait son sang pulser. Qu'est-ce que c'était, déjà, comme sensation ? En plus de sentir sa puissance s'évaporer ... N'était-ce pas lui, qui avait eu Peur ? Ce sentiment jamais éprouvé depuis tant de temps. Il était devenu fort, pour ne plus avoir peur. Et voilà que ça recommençait. Ce cercle infernal n'avait-il donc réellement pas de fin ? Il se trompait. Ca ne pouvait être que ça. Son triomphe éclatant ne tarderait plus. Bientôt, il vaincrait les Cieux ! Mais avant ... Une guerre allait être déclenchée prochainement. Et il n'avait pas considéré ça. Et, forcément, il allait devoir aider les créatures rejetées, sous peine qu'elles ne soient plus là pour occuper les humains tandis qu'il massacrerait les Anges ...

Soudain, quelque chose attira son attention. Encapuchonnée dans une grande cape noire, il sentait cette boule de haine pulser. Et elle était poursuivie. La nuit continuait, remplie de bonnes surprises. Intrigué, il se redressa, suivant mentalement sa cible, qui bifurqua dans une ruelle ... Une impasse. Mauvais choix, ma chère, songea Nelgaroth. Et il bondit, se rattrapant à l'aide de sa faux et d'un balcon, puis grâce à un câble passant par là. Et finalement, il s'écrasa entre sa cible, et les individus la suivant. Un groupe de cinq humains. Cette sensation de déjà-vu ... Qu'était-ce, déjà ?

Ah. Oui. Myu. La Faucheuse Anarchique qui avait tenté de s'opposer à lui, et qui souffrait certainement le martyre depuis. A une chose près, cette situation était la même. Sauf que la femme était en réalité une vampire, et les humains moins nombreux. Ah, et aussi, ils étaient des chasseurs de Darkness Breakers. Ils s'élancèrent vers lui. L'instant d'après, un souffle souleva légèrement les cheveux du Seigneur de la Terreur. Des lambeaux de chair, et des membres entiers, parfois, volèrent à gauche et à droite du manieur de faux, déchiquetés, délivrant un déluge de sang. Les individus avaient été réduit à l'état de viande en l'espace d'un instant. Devant les bottes noires du Démon, à quelques centimètres, démarrait le cône encore propre créé par la violence des lacérations. Dans le dos de Nelgaroth, la ruelle était pure. Devant lui, un véritable massacre avait eu lieu. Une hécatombe. Il n'avait tiré aucun plaisir de cette boucherie.

Il pivota, saisissant la Vampire à la gorge, sous sa capuche, la soulevant légèrement. Le capuchon retomba en découvrant des boucles blondes. Mais le Maître de la Terreur ne s'intéressa pas plus au physique de la femme, et apposa la marque autour du cou de celle-ci.
" NO FUTURE ".

A présent, son âme aussi était sienne. Comme celle de rares individus depuis Myu. Pourquoi cette Elfe ingrate revenait sans cesse, dans ses pensées ? Machinalement, il pivota, traversant le puzzle qui restait des Chasseurs de Darkness Breakers à grands pas, pour se diriger vers l'Ancien Bar.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ses bottes faisaient décidemment un bruit infernal. N'importe qui aurait pu l'entendre arriver à cinquante mètres. Sauf ceux qui réfléchissaient. Il voyait à présent l'enseigne du bâtiment à présent abandonné, et bifurqua. C'était une nuit sans nuage, c'est ça ? Malgré tout, la silhouette du Maître de l'Effroi semblait noire d'encre. Et sa présence seule suffisait à faire comprendre quelques choses claires. Il n'était là que pour prendre. Pas pour rendre. Et surtout, personne ne pourrait menacer cette entité aussi vieille que le monde.

Car oui. Il venait de tomber nez-à-nez avec celle qui réclamait tout ça. Peut-être insinuer ceci dans ses pensées lui ferait comprendre ces quelques choses claires, justement. Ou pas. Et cette fois, il ne comptait pas perdre de temps avec elle. Il comptait arrêter de jouer. C'était la dure et froide réalité des choses. Il lui restait à servir et se compléter ... Ou rester seule, et vivre comme une coquille vide. Le sourire cynique habituel de Nelgaroth fendit son visage, sa faux noire menaçante tranchant la Lune de là où Myu se trouvait.

Et enfin, le signal fut donné.

Trente hommes. Quarante. Des soldats de Darkness Breakers. De bons mages. De redoutables chasseurs. Il avait été suivi. Et ce, à la trace. Même après dix mois. Et cette fois, la situation serait délicate. L'Officier sortit des rangs, un sourire gras plaqué sur le visage.


Officier : Cette fois, je te tiens, ordure.



« I love the clash of steel, the gushing blood and the thundering roars. War is epitome of strenght; there is no place for weaklings ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myu Illiégon
Faucheuse Corrompue ~ Admin
Faucheuse Corrompue ~ Admin
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 21
Localisation : Dans la voûte céleste

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Rang: A
Pouvoir/(Guilde): Air, Feu, Régénération

MessageSujet: Re: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   Sam 27 Avr - 23:00

Myu comprit dés qu'elle croisa son regard.
Il était peine perdue de chercher à discuter.
Tant pis. Elle trouverait bien un autre moyen de s'exprimer. Il en existait tellement, et elle lui ferait comprendre qu'elle continuerait à s'entêter jusqu'à obtenir ce qu'elle voulait. Ses yeux écarlates, plantés dans ceux du Démon, reflétèrent ces pensées et semblèrent le défier. Pourtant, son regard avait perdu toute intensité depuis la dernière fois. Comment espérait-elle se montrer menaçante, dans cet état-là ? Elle détourna les yeux en entendant un nouveau bruit. Elle y réfléchirait plus tard.
Des dizaines d'humains, pire, de chasseurs venaient de se montrer dans la ruelle, derrière Nelgaroth. Certains se déployèrent sur les toits et balcons environnants, et même au sommet du mur auquel Myu était adossée. Cette dernière s'en éloigna prudemment en jurant. Ils étaient encerclés. Les chasseurs empêchaient toute retraite, hors téléportation. Et encore... Elle savait que certains sorts pouvaient enrayer une téléportation basique, pour l'avoir vu de ses propres yeux lorsqu'un chasseur de Darkness Breakers avait ainsi empêché un Neko de s'enfuir de cette manière avant de l'achever. De toute façon, elle-même ne savait pas se téléporter. Et même si ça avait été le cas, elle ne l'aurait pas fait. Elle n'avait pas voulu se battre, ce soir, mais il fallait croire que le destin en avait décidé autrement, alors autant en profiter.

Gardant sa faux prête à parer le moindre coup bas, Myu entreprit de compter rapidement les humains. Quarante-trois. Et il n'était pas bien difficile de déterminer leur guilde, étant donné qu'ils se trouvaient à Kilvas. Darkness Breakers. Ce simple nom lui laissait un goût amer à la bouche. Elle avait déjà affronté quelques membres isolés, ou par groupe de cinq tout au plus, et savait donc par expérience qu'ils étaient vicieux au combat. Peu importait la manière d'exterminer les créatures rejetées, puisqu'elles ne valaient pour eux pas plus que des parasites. C'était drôle, d'un côté. Myu aussi comparait les humains à des insectes. Mais bon, elle se battait tout de même avec un minimum d'honneur...


Officier : Cette fois, je te tiens, ordure.

C'était qui, celui-là ? Certainement un gradé, puisque c'était lui qui venait de s'avancer pour s'adresser à l'incarnation de la Terreur. Génial. C'était celui-là qui avait rapatrié toute la clique ici. Bravo. Félicitations. C'était très malin, maintenant la Faucheuse était entraînée là-dedans. Et s'ils parvenaient à se débarrasser du Démon, elle serait forcément la prochaine. Le bonus. Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Ce type était un véritable aimant à ennuis. Enfin bon, maintenant que la moitié de la guilde la plus puissante du monde était là, il fallait faire avec...

Réprimant un soupir, Myu bougea. Elle avait déterminé avec précision la position des ennemis les plus proches, et elle comptait bien leur faire comprendre que ce n'était vraiment pas le moment de piéger Nelgaroth. Pour l'instant, il était à elle ! Il devait lui rendre ses buts, sa personnalité.
Après avoir pivoté et avant que les chasseurs réagissent, elle bondit. Droit sur le mur de ce qui avait été autrefois le bar. L'un des chasseurs sur le balcon réagit vite. Pas assez. Il avait envoyé une flèche à l'endroit où se trouvait Myu un instant plus tôt, mais le trait se brisa sur les pierres sans atteindre sa cible. La Faucheuse, en revanche, s'était déjà propulsée sur le toit en face et avait littéralement coupé en deux un deuxième archer. Brutalité pure. Un flot de sang traça une bande écarlate sur son visage alors que la capuche de cette même couleur libérait ses cheveux de jais. L'Elfe ne chercha même pas à s'essuyer la figure. Elle s'était déjà ruée sur le chasseur suivant, qui regardait toujours les deux parties du corps de son camarade sans comprendre, tétanisé. Un bleu, sans doute. Il n'aurait pas le temps de se faire à la dure loi des affrontements contre les « stupras » comme ils les appelaient. Myu le décapita en l'espace d'un battement de paupières.

Sa façon de se battre avait radicalement changé, depuis la dernière fois. Comme un musicien qui jouerait faux, décalé. Malgré son efficacité, elle était maladroite. Le premier signe de cette maladresse survint quand elle atterrit au sommet du mur tagué après avoir éliminé son quatrième chasseur, le dernier sur cette partie du toit. Son pied avait atterri sur le rebord du mur, la déséquilibrant presque si elle n'avait pas eu d'élan, et lui avait coûté une longue estafilade sur l'épaule, tracée par la dague de l'humain le plus proche. Elle s'était pourtant rétablie rapidement et lui avait fait payer cette blessure avec sa vie, traçant une ligne profonde de plusieurs centimètres en travers de son torse et le faisant tomber du toit avec son collègue derrière lui.

Alors qu'elle éteignait le neuvième chasseur, sur le mur, les humains jusqu'alors figés par cette tornade de violence réagirent enfin. Elle évita d'extrême justesse une pluie d'armes de jet en onyx, sautant sur le deuxième toit encadrant la ruelle, et remarqua à ce moment-là que son pentacle luisait sous la lune, sa capuche pourpre ayant dévoilé son front. C'était le cadet de ses soucis, pour le moment. Elfe Noir ou pas, elle avait déjà tué plusieurs membres de Darkness Breakers, certes faibles mais son sort était scellé. La guilde destructrice de stupras ne laisserait certainement pas passer ça. Sans s'arrêter, elle courut sur les tuiles du toit, sentant sa régénération s'activer au niveau de la plaie sur son épaule. Ils étaient trois, ici. Et ils étaient prêts.
Les membres de la guilde de Dryden lui faisaient face, et elle avait beau être rapide, Myu ne pouvait pas éviter leurs assauts de front. La lame de l'un mordit son bras avant de la lacérer, contrôlée par le pouvoir de télékinésie du deuxième. La Faucheuse ne s'arrêta pas, ignorant royalement les blessures, parfois profondes, qui se multipliaient sur son corps. Heureusement que son armure de cuir était un minimum solide, bien qu'elle commençait à être sérieusement abîmée... Elle arriva sur les chasseurs quelques secondes plus tard et contourna le propriétaire de la lame qui la harcelait, et qui fut visiblement surpris, préparé à se défendre. Il entendit le cri étouffé du télékinésiste derrière lui et n'eut pas le temps de se retourner pour le voir agoniser, la lame de la Porteuse de Mort de Myu s'enfonçant dans sa nuque. Et de onze. Mais... Ils n'étaient pas trois, au départ ?
Maudissant son manque de prudence en se rendant compte de cette évidence, la Faucheuse regarda autour d'elle. Trop tard. Elle sentit la froideur d'une lame se plaquer sur sa gorge et le souffle d'un chasseur effleurer son oreille.


Chasseur : Désolé ma belle, mais c'est fini. Dis-moi ce que tu sais sur ce Démon et peut-être qu'on t'épar- ...

Il ne finit jamais sa phrase. D'un geste vif, l'Elfe Noir avait retourné sa faux dans sa main et déchiré le dos de l'humain, coupant net sa colonne vertébrale, avant de l'égorger avec son propre poignard en se retournant. Il l'avait prise pour une imbécile ? L'épargner ? Il avait eu l'occasion de la tuer, il aurait dû la saisir. Il venait de rejoindre ses camarades en Enfer, maintenant.

Myu vacilla. Elle ressentait déjà la fatigue. Pourquoi si vite ? Parce qu'elle n'avait pas pu dormir une nuit complète sans être hantée par des cauchemars infernaux, depuis dix mois ? Non. Ce n'était pas que ça. Elle avait multiplié les erreurs, en quelques minutes seulement. Maladroite. Elle était maladroite, comme si elle était privée d'un sixième sens... Mais pourquoi ? Comment cela se faisait-il ?
Une brise légère se mit à souffler sur la ruelle, jouant avec ses mèches de cheveux un instant. Elle se détendit aussitôt. Depuis quelques mois, elle s'était rendu compte qu'elle éprouvait un fascination inexpliquée pour le vent. Elle se sentait bien quand sa présence invisible semblait passer près d'elle. Il avait le don de la calmer... Et de la revigorer.

Sa fatigue vola en éclat. Un léger sourire sur les lèvres, la Faucheuse jeta un coup d’œil dans la ruelle. C'était la panique, en bas. Dans la masse mouvante et hurlante, se noyant dans l'ombre des bâtiments, impossible de distinguer le Démon. Il devait certainement se battre de son côté. Ou peut-être pas, qui sait, peut-être avait-il préféré s'enfuir. Le sourire de Myu s'accentua. S'enfuir ? Face à des humains ? Elle se rappela de la réaction du Maître de l'Effroi quand elle l'avait comparé à ces insectes et son sourire disparut. S'il s'était enfui, il avait bien changé en dix mois.
Bien. Puisque tout ce beau monde semblait occupé, elle pourrait descendre plus ou moins tranquillement, avec un minimum de discrétion. Faisant d'habitude confiance à ses réflexes, elle calcula cette fois-ci le moindre de ses mouvements pour retourner dans l'impasse. Elle faisait suffisamment d'erreurs comme ça, ce soir, sans en ajouter d'autres alors qu'elle avait un instant de répit. L'Elfe se laissa glisser du toit sur le mur, puis agrippa une pierre légèrement saillante avant de sauter dans la ruelle. En plein saut, elle envoya le poignard du chasseur qu'elle venait de tuer dans le dos d'un humain qui s'effondra. Puis elle atterrit. Au beau milieu de la cohue. La lame de son arme fétiche accrocha un rayon de lune une seconde, avant d'exécuter une énième fois sa danse mortelle.

Myu déchira armures, chairs et os sans faire preuve du moindre remord. Une simple hésitation équivaudrait à signer son arrêt de mort. Mécaniquement, elle évitait les quelques coups perdus des hommes, qui hésitaient à attaquer de peur de blesser l'un des leurs. Pathétique. Voilà l'inconvénient d'avoir des alliés, surtout aussi nombreux. Toujours devoir réfléchir avant de porter un coup, se poser la question « Ami ou ennemi ? ». Ils n'avaient pas le temps de tergiverser avec la Faucheuse, machine à tuer dans une silhouette elfique, qui tranchait tout sur son passage sans chercher à savoir ce qu'elle attaquait, sentant le sang rouler jusqu'à ses mains le long du manche de sa faux. Quinze. Vingt-deux. Vingt-neuf. Maladroite ou non, les humains avaient été jusqu'ici trop nombreux pour se battre et réagir correctement face à elle. Quel manque d'organisation, de la part de la guilde maîtresse... Dryden serait certainement vert de rage en apprenant ça. Myu esquissa un fantôme de sourire à cette pensée. Ce type était réputé pour être un fin stratège, tout à fait son opposé. Voir ses plans réfléchis pendant peut-être des heures ou des jours réduits à néant en deux coups de faux, ça devrait le rendre fou. Après tout, elle avait dû être le grain de sable dans l'engrenage...

Il restait cinq humains debout. Trente-quatre ? Le Démon en avait donc tué neuf, puisqu'ils étaient quarante-trois au départ. Ou peut-être plus, si Myu en avait oublié. Cette dernière remarqua son « camarade de jeu » non loin. Au moins, il était toujours debout... Ça ne la surprit pas le moins du monde.
Reprenant son souffle, la Faucheuse défia les humains du regard, inconsciente de son regard fou et de son allure de bête sauvage. Son armure de cuir était déchirée, laissant apparaître sa peau nue par endroit, et ses plaies se refermaient. Ses plaies oui, car à mesure que le nombre d'humains encore debout diminuait, les survivants s'étaient montrés plus combattifs. La fièvre du combat, les pulsions de Haine, le goût du sang, tout cela l'avait préservée de la douleur et elle s'en était à peine rendue compte. En parlant de sang, elle en était largement tâchée. Pas fichue de faire le sale boulot correctement... Bah, était-ce vraiment important ? La trace de sang juste en dessous de ses yeux provenant de son premier meurtre de la soirée s'était assombrie, faisant ressortir ses iris écarlates. Oui, une bête sauvage. Difficile de la décrire autrement. L'un des cinq survivants la détailla et ricana, avant de la montrer du doigt.


Chasseur : Eh... C'est quoi, ça ? Le boss nous avait pas parlé d'une sauvageonne, quand il nous a exposé la mission... Juste d'un géant habillé de noir.

Son index atterrit dans une flaque de sang qui le recouvrit entièrement, sur le sol de la ruelle. Hébété, l'humain regarda ce qu'il restait de son doigt avec de grands yeux, avant de les écarquiller davantage encore quand la sauvageonne en question enfonça la lame de sa faux dans son plexus. Elle murmura à son oreille, imperturbable :

Myu : … Montrer les gens du doigt, c'est malpoli.

Puis elle laissa son corps s'effondrer, retirant d'un coup sec sa faux de son cadavre. Alors, tout alla très vite. Elle sentit une douleur foudroyante la traverser, avant de comprendre qu'un éclair magique l'avait frappée de plein fouet, l'envoyant plusieurs mètres plus loin. Avant qu'elle ait le temps de se relever, elle vit les flèches de tous les archers défunts s'élever. Télékinésie, une fois de plus, mais à un niveau bien plus élevé visiblement. Puis, certains traits filèrent vers elle, tandis que d'autres visèrent Nelgaroth. Myu n'aurait jamais le temps de les éviter... Elle se plaqua au sol en espérant limiter les dégâts quand une puissante rafale se manifesta, déviant les flèches visant l'Elfe Noir, les envoyant se briser sur le pavé. Coïncidence ? Quoi qu'il en était, la Faucheuse remercia silencieusement le vent, troublée, puis se redressa. Apparemment, trois des quatre derniers humains préféraient se concentrer sur leur mission et s'intéressaient au Démon, tandis que le quatrième la regardait, l'air tranquille. Myu sourit. Parfait, elle savait qui était son adversaire maintenant. Et son air laissait penser qu'il était plus dangereux que les autres. Après tout, s'il était encore debout actuellement, sans la moindre égratignure, c'était qu'il devait y avoir une raison. Raffermissant sa prise sur sa faux, elle s'élança vers lui et porta un large coup. Dans le vide. Surprise, elle le vit, les bras croisés, devant elle, comme s'il avait reculé juste assez pour éviter l'assaut. Mais comment s'était-il déplacé aussi vite ? Grondant, Myu répéta son geste, puis modifia ses attaques, manquant sa cible à chaque fois. Là, ce n'était pas seulement de la maladresse... Elle ne l'effleurait même pas ! Perdant patience, elle voulut porter un autre coup mais...
Elle tomba.
Comment pouvait-elle être aussi maladroite ?
Elle venait de buter sur un cadavre et était tout simplement tombée, au milieu du torrent de sang, aux pieds du chasseur qui la regarda d'un air moqueur. Sa fierté venait d'en prendre un sacré coup... La Faucheuse sauta sur ses pieds et se retrouva nez à nez avec l'homme aux yeux d'un bleu foncé profond. Alors qu'elle croisait son regard, elle comprit aussitôt quel genre de magie il utilisait.
Envoûtement.
Incapable de détourner les yeux ou même de bouger, Myu vit l'homme sourire et lui montrer un petit couteau. A la lame d'onyx.


Chasseur : Tu vois, pas besoin d'être très habile au combat pour venir à bout d'une petite Elfe Noire insolente...

Figée, la Faucheuse jura intérieurement. Elle ne pouvait pas mourir maintenant ! Elle avait enfin retrouvé cette enflure de Seigneur des Enfers. Elle ne pouvait pas mourir sous ses yeux, il n'en était pas question ! Et puis, il devait lui rendre ce qu'il lui avait pris. Le chasseur caressa le pentacle de l'Elfe Noir du bout de sa lame. Il voulait prendre son temps apparemment...

Pulsion.
Haine sembla brûler Myu de l'intérieur, plus violemment encore que d'habitude. Et soudain, cette brûlure, ces flammes dévorantes se matérialisèrent. Dans un crachotement, le feu jaillit des pores de la peau de l'Elfe, brûlant grièvement l'humain qui recula en fermant les yeux. Rompant l'envoûtement. Myu réagit aussitôt, profitant de l'effet de surprise pour empaler le chasseur sur sa lame, le tuant sur le coup. Elle avait toujours beaucoup de mal à invoquer le feu, et ça ne venait pas instinctivement. Elle avait vraiment eu de la chance que l'adrénaline provoquée par sa Haine se manifeste ainsi. Sans doute sous l'effet de la détresse. Ça faisait beaucoup, de frôler la mort deux fois en une soirée. Et ça ne serait peut-être pas la dernière fois...
Se retournant, elle observa le Maître de l'Effroi, se demandant s'il en avait fini avec les derniers survivants...




Entends la Haine qui se profile,
Ombre de ton coeur tourmenté.


"I've walked the realms of the dead. I have seen the infinite dark. Nothing you say. Or do. Could possibly frighten me."





Merci pour tout Alwenn *w* :
 

Chibi Myu ! Merci Drys :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelgaroth Belphegor
Seigneur de l'Effroi
Seigneur de l'Effroi
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 28/03/2013

Feuille de personnage
Age: /
Rang: Démon Majeur.
Pouvoir/(Guilde): Magie de la Terreur.

MessageSujet: Re: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   Jeu 9 Mai - 12:59

Colère.
Brutale et implacable.
Bouillonnante.
Portant une main à son visage, masquant la moitié de celui-ci, Nelgaroth ferma les yeux, comme pour se calmer. Réprimer cette soudaine pulsion, qui pulsait comme un coeur gigantesque à travers tout l'être du Démon.
Une flèche vint se ficher dans son épaule, sans faire ne serait-ce que ciller le Seigneur de l'Effroi, toujours droit, et raide.
Lentement, son oeil libre s'ouvrit.
Raté. Il allait tous les tuer.

Ce besoin qui lui liait les entrailles.
Ce désir irréprésible, et viscéral.
De tous les étriper.

Une épée courte vint s'enfoncer dans son thorax, souillant son grand manteau noir, et l'arrachant à sa réflexion. Lentement, le Faucheur lâcha son visage, et apposa sa main sur le poignet de l'homme qui l'avait empalé. Celui-ci se mit à hurler en ne sentant non pas une douleur fulgurante, mais en remarquant le regard sanguinaire braqué sur lui. C'était de la peur. Son cri se brisa lorsque son bras se mit à fondre. Simplement. Le Chasseur tituba lentement vers l'arrière, et la pointe de la faux du Démon traça un arc-de-cercle improbable, venant arracher la pomme d'Adam à la gorge de l'humain, le tuant net sur le coup. Une grande giclure de sang vint se répandre sur les huit confrères qui se tenaient à côté, tandis que Nelgaroth se défaisait de l'arme dans son torse.

Il pivota, contrant du coude un nouvel assaillant, tandis que son pied balayait les appuis d'un autre. Ainsi penché, il vint percuter le sol de la paume de sa main. Autour de lui, dans chaque interstice entre les galets, une soudaine lumière orangée jaillit, tandis qu'un grand sourire cynique fendait le visage du Maître de la Terreur.

La partie illuminée explosa soudainement, projetant tout ce qu'il y avait en l'air. La faux à la main, le regard sanguinaire, Nelgaroth était le seul qui avait été préservé. Deux hommes retombèrent dans un bruit sourd, cassés. Comme des jouets. Deux autres reçurent des briques qui s'étaient envolées, brisant leur nuque comme de vulgaires branches sèches.

Et la poussière retomba comme un opaque nuage de fumée. Un premier cri suivi d'un lent bruit de déchirement résonna, tandis qu'un second hurlement se terminait en gargouilli macabre. Et finalement, le Démon se retrouva face à face avec son huitième adversaire ... l'Officier. Celui-ci maniait une épée longue d'une main, et para habilement un premier arc-de-cercle tracé par le faux, et une lame de vent força Nelgaroth à reprendre une distance raisonnable avec son adversaire. Manque de chance. Il commençait à être habitué, à ce genre de sort. Se fendant pour éviter une seconde décharge magique, le côté non-tranchant de sa faux coulissa sur le sol, la pointe fusant en remontant comme un dard meurtrier. Empalant d'un geste sec l'officier qui hoqueta un instant, le Seigneur de l'Effroi tiqua, sa colère pulsant derechef, impatiente, meurtrière.

Sa main fusa, saisissant à la gorge l'homme agonisant, tandis qu'il extrayait nonchalamment son arme du torse de sa victime. Malgré son courroux presque palpable, sa pulsion sanguinaire, le Démon s'efforçait de conserver une allure impassible, trahi les tremblements qui secouaient ses bras, et les tics qui malmenaient ses deux yeux incandescents. Pendant qu'il réfléchissait, l'Officier tenta un dernier assaut désespéré, projetant sa lame vers la gorge de son tortionnaire, qui dévia celle-ci avec sa main libre, créant une ligne de feu sur la paume de celle-ci. Le désarmant d'un geste simple, il enfonça sa main dans la plaie déjà ouverte par la faux, et lentement, consuma les plaies par le feu, cautérisant, empêchant l'hémorragie, le faisant suffoquer en tenant sa gorge.

Lorsqu'il en eut fini avec l'homme qui l'avait pris en chasse, il était coupé en deux, des marques de strangulations au niveau de la gorge, les yeux exhorbités. Le sang bouillonnant, Nelgaroth pivota. Le dernier de ses neufs assaillants était déjà rampant, suppliant, implorant sa pitié. Autour de lui, la nuit sembla onduler tandis qu'un grand sourire vicieux fendait le visage du Démon. Lentement, il fut soulevé dans les airs par les bras. Puis ses jambes aussi furent agrippées. Par de gigantesques mains ombreuses, éthérées, irréelles. Alors que ses supplications s'accélèrent, les dents de Nelgaroth se dévoilèrent encore plus.

Craquement.

L'homme retombait déjà en morceaux sanguinolents au sol, laissant le Démon éclater d'un rire malsain. Déjà, trois autres chasseurs s'approchaient de lui. Une première boule de feu vint mettre fin à son rire, tandis qu'un déluge d'épieux de glace s'abattait dans le nuage noir laissé par les flammes. Et enfin, la gravité sembla se décupler, l'ancien bar s'abattant avec force sur l'emplacement du Seigneur de l'Effroi.

Grondement. Courroucé.

L'instant suivant, les trois individus étaient comme soudainement happés, disparaissant aux alentours de l'écran de fumée et de poussière généré par l'enchaînement implacable. Lorsque la brise nocturne se décida enfin à dissiper ce dernier, Nelgaroth se tenait assis, sur ce qui avait probablement été un mur, des mares de sang s'étendant à ses pieds et sur deux mètres autour de lui. Sa bouche était légèrement illuminée, par une teinte orangée, si bien qu'on distinguait, à travers ses joues, ses dents, mutées en crocs. A chaque expiration, son souffle prenait la même couleur que la lueur dans sa mâchoire. Son regard incandescent était braqué droit sur Myu. Pour sa part, il semblait presque intact, mis à part la cicatrice laissée par l'épée au niveau de son estomac. Sa voix, écho funeste, ou requiem dément, s'éleva.


Nelgaroth : Tu as enfin retrouvé le chemin jusqu'à ton Maître, Faucheuse ?



« I love the clash of steel, the gushing blood and the thundering roars. War is epitome of strenght; there is no place for weaklings ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myu Illiégon
Faucheuse Corrompue ~ Admin
Faucheuse Corrompue ~ Admin
avatar

Messages : 335
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 21
Localisation : Dans la voûte céleste

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Rang: A
Pouvoir/(Guilde): Air, Feu, Régénération

MessageSujet: Re: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   Dim 12 Mai - 14:15

Un détail frappa Myu de plein fouet quand le dernier chasseur eut rendu son dernier souffle.
Le silence.
Après les cris, les craquements, les sifflements, les halètements, l'effondrement du bâtiment dans la rue, la nuit semblait vraiment calme. Voire même trop. Le manque de bruit était presque oppressant, surtout associé à l'odeur enivrante du sang à peine atténuée par la légère brise qui soufflait. Le silence de la Mort.
Et, peut-être plus effrayante encore, Sa présence.

Il se tenait là, assis au milieu des ruines du bar qui avait fermé, sur des pierres qui étaient parvenues à rester soudées malgré le sort du chasseur. Ces mêmes pierres trempaient dans une grande flaque rendue noire par l'obscurité de la nuit, qui continuait à enfler grâce aux torrents qui s'écoulaient toujours des cadavres encore chauds.
Cette fois, sa nature de Démon était nettement visible. L'intérieur de sa bouche luisait dans la nuit, à la manière de ses deux yeux de braise, d'une lumière orangée comme une flamme maudite. Elle était visible en transparence à travers sa peau, dévoilant au passage les dents du Seigneur de l'Effroi. Les... dents ? Il s'agissait plutôt de crocs à ce stade, à vrai dire. A en juger par son souffle régulier, rendu visible par l'étrange lueur dont il prenait la couleur, Nelgaroth ne semblait pas s'être beaucoup fatigué... Et il avait l'air à peine blessé, sa seule plaie visible étant une cicatrice sur son torse.
Myu devait faire peine à voir, à côté. En grande partie maculée de sang, sa peau déchirée en même temps que son armure par endroit, échevelée, son regard confus souligné par la bande sanglante qui s'était dessinée juste sous ses yeux lors de son premier meurtre de la soirée. L'allure aussi piteuse que la dernière fois. Machinalement, elle entreprit de remettre plus ou moins ses cheveux en place, exécutant ce geste plus pour essayer de faire le point dans le flot de ses pensées contradictoires que par réelle nécessité. Une question prit du relief : « Et maintenant ? » La Faucheuse avait du mal à se décider sur la réponse à cette interrogation, quand la voix infernale du Démon s'éleva :


Nelgaroth : Tu as enfin retrouvé le chemin jusqu'à ton Maître, Faucheuse ?

Les doigts de Myu se figèrent dans ses cheveux alors qu'elle se décidait finalement à lever les yeux vers le Maître de l'Effroi. Dans l'incohérence de ses pensées, des réactions potentielles se manifestèrent, baignées d'indignation. « La Faucheuse n'a pas de Maître ! » « Parle-moi autrement, je ne suis pas une chienne ! ». Aucune ne franchit ses lèvres, ni même se forma dans sa gorge. Son bras retourna lentement le long de son corps.

Elle se contenta de baisser les yeux.

La grande Faucheuse semblait capituler. Que pouvait-elle faire d'autre ? Elle n'avait pas les moyens de lui tenir tête.
Au bout de quelques secondes qui semblèrent étirées à l'infini, l'Elfe Noir bougea. Elle brandit sa faux à l'horizontale, la levant au-dessus de sa tête, tout en fermant les yeux. La grande lame recourbée sembla saluer une dernière fois la lune.

Puis Myu jeta son arme aux pieds de Nelgaroth.

La faux atterrit dans un bruit métallique ponctué par l'éclaboussure du sang répandu sous le Démon. Comme pour illustrer son abandon. Elle se retrouvait ainsi en face d'un Seigneur Infernal, désarmée, à sa merci. Et la seule chose qu'elle trouva à faire fut de détourner les yeux. Admettant avec peine sa défaite, elle tourna le dos au danger et fixa le mur du fond de la ruelle. Même s'il se décidait à l'attaquer dans le dos, qu'importe ? Elle n'existait plus, de toute façon.
Les cadavres jonchant le pavé, les gravats, le sang tâchant les murs de pierre disparurent de son champ de vision, en même temps que l'odeur de mort s'atténuait. Devant ses yeux se mirent à défiler d'autres images, celles du passé, ressurgissant de ses souvenirs si flous qu'elle avait préféré les abandonner dans un coin de sa mémoire.

Pluie de plumes de jais.
Deuxième paire d'ailes.
Bien plus pures, translucides.
Accompagnées du chant du Vent.

Myu se figea. Visiblement. La brise continuelle joua soudain une autre mélodie à son oreille, plus profonde, qui déchira l'un des voiles de confusion dans l'esprit de la Faucheuse.
Le Vent.
Son seul et unique ami.
Elle se retourna brusquement, son regard écarlate brûlant de sauvagerie se posant sur le Démon derrière elle.

Pulsion.

En une fraction de seconde, elle fut sur lui, cyclone de violence retenue. Elle cracha des mots saturés tant de dégoût que de haine pure, écho de sa souffrance :


Myu : C'est lui ! C'est lui que tu m'as pris !

Sans plus réfléchir, aveuglée par la colère et les vives acclamations de Haine dans sa tête, elle enfonça ses canines dans le bras de Nelgaroth, juste en dessous de l'épaule. Très vite, le sang du Démon coula dans sa bouche, ne manquant pas de raviver davantage sa furie. Elle accentua encore sa morsure, s'abreuvant de son liquide vital, avant de se reprendre brusquement.

* Si je continue, jamais il ne me le rendra... ! *

La Faucheuse retira vivement ses dents du bras du Maître de la Terreur, reculant jusqu'à sentir le mur derrière elle. Elle se passa lentement la langue sur les lèvres pour recueillir le sang qui y restait, le même que celui qui coulait abondamment le long du bras du Seigneur. Elle n'aurait pas dû le mordre ainsi. Comment voulait-elle le convaincre de lui rendre ce qu'il lui avait volé en agissant de la sorte ? Myu ferma les yeux et grimaça en s'appuyant contre le mur, perdue. Elle ne savait plus quoi faire, ni comment réagir.

Elle finit par soupirer et rouvrit les yeux sans oser confronter son regard à celui de Nelgaroth. Poser une simple question. C'était tout ce qu'elle pouvait faire, dans sa position.
Tremblant encore de sa récente pulsion, tentant de reprendre son souffle, elle se lança d'une voix mal assurée ; comme une enfant inquiète, ce qui contrastait avec son allure :


Myu : ... Le Vent... Que faut-il que je fasse pour que tu me laisses... juste la possibilité de L'entendre... ?




Entends la Haine qui se profile,
Ombre de ton coeur tourmenté.


"I've walked the realms of the dead. I have seen the infinite dark. Nothing you say. Or do. Could possibly frighten me."





Merci pour tout Alwenn *w* :
 

Chibi Myu ! Merci Drys :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour en Enfer [PV Nelgaroth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour en Enfer [PV Nelgaroth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» Retour en enfer ~
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Chine: Amérique, va en enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: -Emrys, un monde sans pitié - :: Eklen :: Kilvas :: Rues-
Sauter vers: